Les Recettes d'Hugo

Les Recettes d'Hugo

Partir en vacances avec un enfant allergique...

 

 



Comme pour les invitations à dîner à l'extérieur, partir en vacances avec un enfant qui souffre d'allergies exige une certaine organisation.

 

 

 Les principales questions à se poser concernent 3 domaines :

 

  • Dans quelle zone géographique partons-nous ?
      
                       

Part-on dans notre pays de résidence ? Part-on dans une région que l'on connaît déjà, où l'on a certains repères ou préfère-t-on découvrir d'autres paysages et traditions ?

Part-on à l'étranger ? Dans un pays éloigné du nôtre ou proche ? Dans un pays "développé" industriel, ou non ?
Part-on à la montagne, à la mer, à la campagne... ?

Pour combien de temps ?

 

                                                                     montagne.jpg

 

 

Le choix du lieu est plutôt important car il a un impact sur l'organisation des vacances et nous amène aux deux questions suivantes :


 

  • Quel moyen de transport utilisera-t-on pour se déplacer et quelle sera la durée du trajet ?

 

 


Part-on en voiture personnelle ? Si oui il faudra prévoir des "pique-niques" adaptés, car il est souvent impossible de s'arrêter dans des restaurants, cafétérias ou relais en cours de route...

 


 voiture.jpg

 

 

Part-on en avion ?

Il faudra là aussi prévoir un repas spécifique à consommer avant l'embarquement et même contacter la compagnie aérienne pour connaître les mesures prévues pour les personnes allergiques (repas proposés, présence ou non d'arachide à bord, possibilité d'annonce micro à l'attention des autres passagers pour qu'ils ne consomment pas de fruits à coque ou d'arachide pendant le vol...).

Sachez que les sociétés
Natama et Nutrisens (voir Sites internet de vpc de produits alimentaires pour allergiques) proposent des plats spécifiques, exempts de 50 allergènes (dont les majeurs), dont des salades qui n'ont pas besoin d'être réchauffées et se conservent à température ambiante, ce qui est toujours pratique.

Si le vol dure moins de 2 heures, la question du repas ne se posera pas...cela risque d'être plus compliqué si le voyage est long. Certaines compagnies low-cost (comme EasyJet) ne proposent pas de snacking gratuit à leurs passagers, ce qui limite les risques de réactions par inhalation (arachide, fruits à coque) lors des vols courts.

 

 


avion.jpg

Sachez tout de même qu'Air France propose des repas adaptés pour raisons médicales (dont les allergies alimentaires) pour les vols d'une durée de plus de 2h35. Il faut penser a en faire la demande au plus tard 48h avant le départ. Les plats proposés (de marque Nâtama), ne contiennent pas de céréales, de crustacés, d'oeufs, de poisson, d'arachides, soja, lait, fruits à coque, céleri, moutarde, graines de sésame, anhydride sulfureux, sulfites, lupin et mollusques.

 
Pour les autres compagnies aériennes cela est plus rare et l'information n'est pas toujours claire donc peu fiable.

Je vous conseille ainsi de prévoir de petites choses à grignoter emballées dans votre bagage cabine. Pour les boissons, il est difficile de trouver des choses de 10 cl maximum...

N'oubliez pas également d'emballer votre trousse d'urgence dans votre bagage cabine. Vous pouvez également emmener une trousse de médicaments dans votre bagage soute mais ne laissez surtout pas vos stylos auto-injecteurs d'adrénaline dedans, car exposés à des températures extrêmes, ils se dégraderaient. Je vous conseille d'ailleurs de prévoir des médicaments pour toutes les situations : douleurs, problèmes digestifs... adaptés aux allergies (demandez une ordonnance à votre médecin, autre que celle de la trousse d'urgence). 

Votre trousse d'urgence devra être accompagnée d'une ordonnance de moins de 3 mois (prévoir un double pour le bagage soute), spécifiant le nom de chaque médicament et la dénomination internationale de sa molécule active. C'est obligatoire pour passer la douane.

La mention "non substituable" devra également être inscrite en face de chaque nom de médicament sur l'ordonnance, afin que les médicaments présents dans la trousse d'urgence correspondent bien à ceux prescrits et qu'ils ne soient pas confisqués lors des contrôles. Cette ordonnance peut être doublée de sa traduction en anglais pour le voyage retour.

Lors de voyages en dehors de l'union Européenne, il convient de contacter l'ambassade, pour connaître les formalités de retour.

Enfin, les personnes souffrant d'allergies respiratoires peuvent prévoir d'apporter un masque pour se protéger de la climatisation. Ce masque peut également rendre service aux allergiques alimentaires qui réagissent aux odeurs/particules d'allergènes en suspension dans l'air (fromage fondu, oeuf, écales et poussières de coques d'arachide...)

 

 

Part-on en train ? Dans ce dernier cas, l'apport d'un panier repas est autorisé... mais il vaut mieux prévoir des aliments qui se consomment froids, car on ne tombe pas toujours sur des personnes très conciliantes dans le wagon-restaurant en termes de réchauffage (cf mon article :  http://www.les-recettes-d-hugo.com/courrier-de-reclamation-a-la-sncf-au-nom-d-hugo-mais-aussi-de-tous-les-voyageurs-allergiques


voie ferrée.jpg



Pour l'avion, le train ou tout autre moyen de transport collectif, vous pouvez prévoir un paquet de lingettes pour nettoyer les tables et tablettes éventuellement contaminées par des traces d'allergènes, ainsi qu'un drap, une serviette éponge ou une couverture pour recouvrir les sièges et
protéger le plus possible la personne allergique de tout risque de réaction dû à des traces d'allergènes (acariens, poils d'animaux, traces d'aliments...).

 

 

 

                                            train.jpgferry.jpg

                                            avion2.jpg
 

 

 

 

  • Quelle forme de logement adopter ?

Une location d'appartement, d'appart'hôtel, de mobil-home ou d'emplacement de camping avec possibilité d'apporter quelques ustensiles de cuisine personnels et sécuritaires, ainsi que des aliments spécifiques ?

 

Un hôtel, une chambre d'hôtes ? Sachant qu'il faudra prendre soin de prévenir le personnel et que selon le nombre d'allergies et leur degré de sévérité, la restauration risque d'être compliquée et très dangereuse...    

 

       chalet.jpg   Mobil_Home_Sympa.jpg


 

En ce qui nous concerne, Hugo souffrant d'une vingtaine d'allergies, dont la plupart potentiellement mortelles, il semble en effet impossible de partir en pension complète en centres de vacances ou à l'hôtel...
Nous optons donc souvent pour une location d'appartement ou de mobil-home, avec la possibilité de faire nos repas.

 


patrick chirac.jpeg


Si votre enfant est allergique aux poils d'animaux, il est plus sûr de ne sélectionner que des logements où les animaux ne sont pas autorisés...et cela limite le choix, car nos amis à 4 pattes sont acceptés presque partout actuellement...

 



voyage2.jpg
 

Mon mari et moi adorons voyager, mais nous avons attendu qu'Hugo grandisse un peu pour lui faire découvrir les voyages en avion. Comme il réagit à des vapeurs de cuisson (crevettes, fromage fondu, beurre...) à des micro-particules en suspension dans l'air (pistaches, noix de cajou et autres fruits à coques, arachide) et aux traces de chat (traces déposées par les poils, qui peuvent rester jusqu'à 6 mois sur les surfaces, comme celle de fauteuils d'avion), nous avons beaucoup hésité, avant de nous décider.

Nous avons opté pour un trajet court (pour Rome), donc sans repas en cours de vol, pour limiter les risques ; avec une compagnie Low-Cost pour éviter au maximum les distributions de crackers et autres grignotages contenant des allergènes volatils ou laissant des traces partout.

L'avantage du trajet court, c'est qu'en cas de réaction, on a moins de temps à attendre avant d'atterrir (si en plus on survole uniquement des terres et non des océans, on a la possibilité d'atterrir en urgence).

 



langues.jpg


Nous avons choisi Rome, car le trajet d'1h30 nous convenait et parceque mon mari parle couramment italien. Par ailleurs cette langue, proche du français n'est pas trop difficile à comprendre pour moi, qui ne la parle pas (un comble étant données mes origines !) et à déchiffrer dans les compostions alimentaires.


 

asterix et obelix.gif

 


Comme nous ne savions pas quel genre de magasins nous allions trouver sur place et que nous n'avions pas envie de passer notre temps à faire des courses et déchiffrer des compositions, j'ai emmené une grande valise en soute, remplie d'aliments transportables à température ambiante. D'autres aliments frais ont été transportés dans un contenant isotherme dans la valise, refroidi avec des glaçons (dont la majorité a été abandonnée dans le coffre de la voiture avant l'embarquement, pour alléger la valise).

J'avais aussi prévu des torchons et une éponge propre pour la vaisselle, ainsi qu'une petite fiole de vinaigre et du papier absorbant pour un petit nettoyage des éventuelles traces d'allergènes à notre arrivée dans l'appartement (table de cuisine, plaque de cuisson, réfrigérateur, poignées de porte).

L'Italie, comme la plupart des pays européens offre des structures médicales fiables et faciles d'accès dans ses grandes villes, ce qui n'est pas négligeable en cas d'urgence. Si on ne parle pas Italien, on peut parler anglais, et ainsi comprendre et se faire comprendre des équipes médicales. Certains italiens parlent aussi très bien français.

 

 


monde.jpg


A ce propos, il existe des ressources pour les personnes allergiques qui voyagent, en termes de traduction :

Sur le site "Ca me gratte !" on trouve la traduction en 6 langues (Allemand, Anglais, Italien, Espagnol, Portugais et Danois) des principaux allergènes

Sur le site  Allergy translation (présenté en anglais), on trouve des cartes gratuites à imprimer, traduites en plus de 30 langues (dans la rubrique "Free ressources") : carte d'urgence pour demander secours, carte à présenter dans les restaurants pour avertir cuisiniers et serveurs des allergies et de leur gravité, cartes avec les symboles d'allergènes interdits...

On peut aussi prendre en photo avec un smartphone les allergènes qui posent problème, et les montrer à nos interlocuteurs, si l'on ne parvient pas à se faire comprendre oralement.

Retrouvez d'autres conseils pour votre voyage ici : info_voyage_AQAA.pdf


Jusqu'aux vacances de Pâques 2017, nous avons donc toujours opté pour une location en France, pour pouvoir préparer nos repas. Nous partons d'ailleurs encore la plupart du temps en vacances dans notre beau pays.

 

Nos exigences sont précises : quand nous partons à la montagne, nous ne louons que des appartements dans des centres de vacances (tout simplement parcequ'en camping, à une certaine altitude, nous avons froid !). A chaque fois que nous partons en appartement, le premier critère de choix est l'absence garantie d'animaux (Hugo est très réactif aux poils de chat, dont la moindre trace lui provoque de l'asthme et de la sinusite). Notre second critère est le lave-vaisselle Sourire Si on peut se passer de cette corvée c'est une bonne chose, car après-tout c'est ça aussi les vacances : en faire le moins possible Ainsi à notre arrivée nous le remplissons avec la vaisselle et les couverts fournis et nous lavons tout en une fois pour éliminer les éventuelles traces d'aliments laissées par nos prédécesseurs et être tranquilles le reste du séjour.

 

A ce sujet, méfiez-vous entre autres des ouvre-boites...qu'on ne passe pas en général au lave-vaisselle, et qui peuvent présenter des traces d'arachide, de lait ou d'autres allergènes sur leur lame... et donc un risque de contamination lors d'une utilisation ultérieure.

 

 

ouvre boites.jpg

 

Le lave-vaisselle ne nous empêche pas d'emmener une éponge neuve exempte de toute trace d'allergènes, ainsi que des lingettes (ou du sopalin et du vinaigre) pour le premier nettoyage de la cuisine, du frigo, de la table et des poignées de porte.

Il est en effet important de nettoyer tout ce qui a pu être en contact avec des allergènes et qui sera en contact avec des aliments lors de notre séjour... après un long trajet, cela n'est pas toujours très agréable de faire le ménage de fond en comble... mais on sait que l'on va passer ensuite des vacances sereines !



grand-menage-L-1.jpeg

Quand nous partons à la mer ou à l'océan, nous optons en général pour un mobil-home... et si nous sommes intransigeants sur le critère des animaux interdits (pour lequel nous n'avons pas le choix), souvent nous sommes contraints de renoncer à notre seconde exigence. Ainsi, en arrivant, nous faisons la vaisselle à la main en plus de faire notre petit ménage de "décontamination".

Nous emmenons également des torchons et des essuies-mains de la maison, même s'ils sont fournis avec la location.

 

Enfin les sacs de congélation à fermeture à zip et autres contenants refermables (en verre en général par conviction écologique) pour stocker nos aliments à l'abri de toute contamination à l'intérieur du frigo font aussi partie du voyage. Ils nous servent également à emballer nos piques-niques quand nous partons pour la journée.

 

En vacances nous aimons bien manger des glaces...mais c'est souvent impossible car la plupart contiennent du lait, voire des protéines de pois (la plupart du temps dans les sorbets, qui ne contiennent pas de lait...). Quand Hugo était allergique au blé et au gluten, les glaces à l'eau et les granités ne lui étaient pas autorisés non plus, puisqu'ils contenaient tous du sirop de glucose.


glaces.jpg


Nous avons trouvé des batonnets au jus de fruit bio sans allergènes dans des tubes en plastique que l'on congèle soi-même (Bio Ice en Biocoop et Yeti en grandes surfaces)...c'est pourquoi notre préférence va vers des logements équipés d'un congélateur ou au moins d'un freezer.

 

Nous n'oublions jamais d'apporter avec nous nos planches à découper et nos couverts de cuisine en bois car ceux fournis avec la location sont contaminés par des allergènes. Le bois étant poreux, les traces d'allergènes ne partent pas complètement au lavage.

 

A la montagne, en appartement, nous partons rarement sans notre crêpière électrique. Les crêpes étant l'un des "plats" préférés d'Hugo, il est impossible de l'en priver en vacances... et puis les soirées étant calmes à la montagne en général, je trouve toujours un moment pour en faire ! Par ailleurs, les crêpes sont aussi bien appréciées pour le petit déjeuner, ou lors des pique-niques, pour lesquels elles remplacent le pain des sandwiches.

Quand nous partons en mobil-home, nous emmenons parfois un petit barbecue (car ceux que l'on peut louer sur place portent des traces d'allergènes) et nous renonçons à la crêpière, trop encombrante dans une petite surface...

Nous achetons également de la vaisselle en carton, qui nous dépanne en cas de crise de flemme ;-)


 

                        adrénaline.jpg

 

 

Nous emmenons bien sûr le carnet de santé d'Hugo et une trousse à pharmacie bien garnie avec les médicaments d'urgence.

 

Nous adorons la montagne, mais nous avons remarqué que les magasins bio avec un rayon spécifique pour allergiques ne sont pas légion, les grandes surfaces non plus... et en stations c'est carrément le néant. On trouve en effet beaucoup de supérettes destinées aux touristes avec un choix restreint de produits (du coup encore plus réduit pour nous), d'ailleurs souvent onéreux pour une qualité médiocre.


On trouve aussi des "fromageries" et des marchés locaux intéressants d'un point de vue gustatif pour le commun des mortels, mais très peu pour nous car les produits du terroir proposés, très alléchants, sont bourrés d'allergènes et nous n'avons souvent accès qu'aux légumes ou aux viandes non préparées.

Cela ne nous tente guère en général de redescendre de la montagne et de faire 50 kilomètres juste pour faire des courses, c'est pourquoi a
vant de partir, nous préparons des provisions avec nos aliments de base, qui se conservent longtemps : farine de riz, pain sans gluten sans lait ni oeufs sous vide, jambon sous vide sans lactose, saucisson fermier local de chez nous, sans lactose, épices ni blé (pour préparer nos sandwiches pour les randonnées en montagne), lait de soja, de riz et/ou d'amande enrichis en calcium, crème de soja et de riz, tofu, sauce tamari, biscuits spécifiques pour les goûters et les déjeuners, petites confiseries...bref tout ce que nous sommes sûrs de ne pas trouver une fois sur place.

 

 

 

provisions.jpg

 

 

 

A la montagne, nous prenons garde à ne pas partir dans des endroits trop isolés et nous nous renseignons toujours sur la présence d'un médecin sur la commune (nous essayons de repérer le cabinet une fois sur place) et sur la proximité d'un hôpital, au cas où.

 

Quand nous partons à la mer ou à l'océan, nous prévoyons souvent certains des aliments de base cités précédemment, mais nous savons que nous trouverons toujours des magasins bio où il sera au moins possible de trouver du lait ou des yaourts de soja, du tofu, de la farine de riz ou autres en cas de besoin (en général nous recherchons les adresses les plus proches avant de partir sur internet).

 


ecureuil provisions.jpg


Pour les produits spécifiques (gâteaux, chocolat, ...), nous prévoyons les mêmes choses que pour la montagne car se sont des produits rares même en magasins bios que nous commandons généralement par correspondance.

 

Un mois avant de partir en vacances j'élabore donc une liste de produits indispensables et je les commande à l'avance...car les fameux sites où je commande habituellement n'effectuent généralement pas de livraison pendant certaines périodes en été.

 


liste coures.jpg


Toute cette préparation est fastidieuse, c'est vrai... Cela dit, le travail fourni avant de partir est payant dès que l'on est en vacances...car si on on perd la moitié de ses journées à faire des courses, c'est dommage...et si on ne mange que du riz pendant les vacances, c'est un peu frustrant.

 

Les vacances bien préparées sont bien plus agréables et satisfaisantes ! Quand on a tout sur place on a moins l'impression de se priver.

 

Comme nous ne pouvons jamais aller au restaurant ou nous faire plaisir avec des viennoiseries, des glaces et autres douceurs pourtant appréciées en vacances...nous allons souvent "boire un coup" en terrasse...sans oublier de demander la composition des jus de fruits ou des sodas commandés par Hugo, s'ils sont inhabituels. Parfois, les établissements fréquentés proposent des glaces à l'eau ou des granités dont la composition lui conviennent... et là c'est le bonheur !




boire un coup en terrasse.jpg


Hugo aime beaucoup prendre son goûter en terrasse car c'est la seule sortie "alimentaire" possible pour nous en vacances. Quand nous partons à l'océan, il n'est pas rare que nous dégustions des huîtres directement chez des ostréiculteurs, en regardant la mer. Hugo aime beaucoup les huîtres... c'est un goûter original (écoeurant pour certains) que nous apprécions énormément tous les trois ! 

Au Puy du Fou, en août 2014 nous avons pu manger des churros, car les personnes chargées de les faire cuire ne faisaient que ça (donc pas de risques de contamination), parcequ'Hugo peut désormais ingérer du gluten (de façon raisonnable) et parceque leur composition ne contenait ni produits laitiers, ni oeufs, ni arachide, ni fruits à coque, ni pois !!! Pour nous c'était un événement et nous avons savouré ces churros autant que possible !



chouchous Puy du fou.jpg


 

 Quand on y réfléchit, dans notre pays, beaucoup de loisirs sont liés à la nourriture : les vacances et le restaurant, les petites soirées en famille au fast-food ou à la cafétéria, les pizzas et kébabs, le cinéma avec ses pop-corns, glaces et confiseries diverses, les fêtes foraines avec leurs barbes à papas et même les plages avec leurs "chouchous"...c'est parfois démoralisant, mais on trouve toujours un moyen de se faire plaisir avec de petites gourmandises... et de faire les mêmes activités que tout le monde ;-)
Alors profitez de tout ce que la vie vous offre !!!!!

 

 

 

 

 



01/01/2006
4 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 351 autres membres