Les Recettes d'Hugo

Les Recettes d'Hugo

Gérer les allergies lors d'une sortie scolaire et/ou d'un repas en commun à l'école

Les sorties scolaires, toujours attendues avec impatience par les petits élèves, peuvent être une source de stress pour ceux qui souffrent d'allergie(s) alimentaire(s), pour leurs parents, mais aussi pour les enseignants qui en ont la responsabilité.



sortie scolaire.jpg


Les allergies alimentaires sévères peuvent représenter un risque vital pour l'enfant, et parfois, une simple trace d'allergène peut avoir de lourdes 
conséquences... quand les enfants sont en groupe, il est impossible de se focaliser sur un seul d'entre eux... et les risques se multiplient. L'inquiétude des enseignants et des parents est donc bien légitime, mais elle ne doit, dans la mesure du possible, pas priver le petit élève du plaisir de la découverte.




pique nique.jpg


Quand cela est possible, il est préférable que l'un des parents de l'enfant fasse partie des accompagnateurs, au moins le temps du repas. En vivant avec les allergies alimentaires au quotidien, cette personne aura les bons réflexes, au moment de manipuler des aliments notamment.

 

En grandissant les enfants deviennent de plus en plus autonomes et ceux qui souffrent d'allergies acquièrent certains automatismes (n'accepter aucun aliment qui n'a pas été validé par les parents, bien se laver les mains, ne pas confondre son verre ou ses couverts avec ceux des autres pour éviter les traces d'allergènes, etc...). Cela n'est évidemment pas forcément le cas pour les enfants en classes maternelles...

 

 

 

parent enfant allergique école.jpg



Par ailleurs, le danger vient souvent des autres, inconscients de la dangerosité de leurs gestes, pourtant banals : plonger leurs mains dans le paquet de chips du copain (allergique), pour les goûter, alors qu'ils viennent de manipuler des aliments contenant du lait, des oeufs ou d'autres allergènes, et que les traces de ces allergènes sur leurs doigts vont être transférées sur les chips et provoquer une réaction peut-être grave.



moustache de lait.jpg


Ils peuvent aussi gesticuler avec leur bouteille de yaourt à boire, éclaboussant au passage le voisin allergique au lait, qui réagit à la moindre trace... ils peuvent tout simplement tenir la main du copain, après avoir mangé du chocolat contenant des fruits à coques (noisettes, amandes...). Les traces de ces fruits à coques présentes sur leurs mains vont se retrouver aussi sur celles du copain allergique... qui peut faire une réaction en se frottant les yeux ou en mettant les doigts dans sa bouche...

 

 

traces bouche mains.png


Comme tous ces gestes ne sont pas dangereux pour eux, ils ne sont pas habitués à y prêter attention... pas plus que les adultes qui ne vivent pas avec les allergies : un simple bisou fait avec des lèvres qui ont été en contact avec un allergène peuvent provoquer de l'urticaire, voire un oedème localisé (les traces d'aliments peuvent rester plusieurs heures dans la bouche), les vapeurs de cuisson de certains aliments (lait, poisson, crustacés...) peuvent provoquer de graves réactions, comme de l'asthme, ou pire, un choc anaphylactique  (un petit américain est décédé le 1er janvier 2019, après avoir inhalé les vapeurs de cuisson de poisson, auquel il était allergique !!!), un couteau qui a coupé du fromage, s'il n'est pas lavé rigoureusement va conserver des traces de protéines de lait, qui seront transférées sur l'aliment qui sera découpé ensuite... cela peut provoquer un oedème de Quincke ou un choc anaphylactique !


contamination mains.jpgcouteau avec trace.jpg



Les occasions de "contamination croisée" sont nombreuses et représentent un risque certain qu'un parent initié saura anticiper et gérer de façon plus automatique qu'un autre adulte, qui a la chance de ne pas connaître les allergies.

Si l'élève souffrant d'allergies alimentaires n'est pas accompagné de l'un de ses parents, la responsabilité de sa sécurité pendant la sortie scolaire incombe alors à l'enseignant. Voici donc quelques points importants à prendre en compte, pour que la sortie se passe au mieux pour tous :

 



rdv parents profs.jpg


Avant la sortie, il est préférable de décrire le programme complet de la journée aux parents, afin qu'ils évaluent les risques et prévoient des solutions de protection ou des alternatives aux activités à risques.

 

S'il s'agit d'une visite en ferme pédagogique par exemple, l'enfant en question ne pourra peut-être pas caresser tous les animaux rencontrés, mieux vaut être au courant. Peut-être que rentrer dans une salle de traite, ou donner le biberon à un agneau sera dangereux pour lui en cas d'allergie au lait. Peut-être qu'il ne sera pas possible pour lui de donner du grain aux poules s'il s'agit de grains de blé et qu'il est allergique au gluten... dans ce cas, peut-être que le personnel de la ferme pédagogique, ou ses parents pourront lui fournir du maïs.

 



ferme-pedagogique.jpg


Si les élèves sont amenés à manipuler un allergène dangereux pour l'un de leurs camarades lors d'une visite, il est peut-être préférable que cela se fasse en fin de parcours, afin que la visite se passe sans stress, et qu'ils puissent se laver les mains  sans interrompre l'activité. Peut-être aussi que si on le sait en avance, on pourra prévoir une autre activité ou une autre responsabilité à celui qui ne pourra pas participer à cette activité.

Si les élèves manipulent des instruments de musique, on privilégiera des instruments qui ne rentrent pas en contact avec la bouche, pour éviter les traces d'allergènes. L'enfant allergique devra se nettoyer les mains au moins avec une lingette, après avoir touché les instruments.

Si les enfants se déguisent, on évitera les masques, toujours pour des raisons de traces d'allergènes, à l'intérieur, qui peuvent provoquer des réactions par contact avec la peau, ou par inhalation.

Pour un atelier de cuisine, on vérifiera auparavant la liste des ingrédients utilisés, et les parents pourront peut-être proposer des solutions de substitution pour les allergènes posant problème.

 



informer.png


Avant le départ, on avertira les autres adultes accompagnants des précautions à prendre (ne donner à l'enfant aucun aliment, bien se laver les mains avant de manipuler son pique-nique, etc...) et on relira la notice d'utilisation de l'auto-injecteur d'adrénaline, et éventuellement le PAI.

 

Le jour du départ, le premier réflexe à adopter est de faire suivre la trousse d'urgence de l'enfant pour chaque sortie, même si on se trouve tout près de l'établissement scolaire. Cette trousse ne doit pas être laissée en plein soleil, ou dans un véhicule pour plusieurs heures car l'adrénaline contenue dans les stylos auto-injecteurs se dégrade à une température supérieure à 25°C (Elle ne doit pas être stockée dans un réfrigérateur non plus).

 

 


trousse d'urgence.jpg


Si on s'installe sur des tables laissées à disposition pour le repas, il conviendra de nettoyer le plateau de cette table avec une lingette, ou un mouchoir et de l'eau (les éponges regorgent de traces d'aliments et donc d'allergènes qu'elles étalent...) pour éliminer les traces alimentaires laissées par de précédentes utilisations.

Lors du repas, si les enfants ont besoin d'aide pour ouvrir les emballages de leurs aliments, il vaut mieux manipuler ceux de celui qui est  allergique en premier. Cela évite d'avoir des traces d'allergènes sur les mains et de les transférer sur ses aliments. Si on a déjà des traces d'allergènes sur les mains, il faut absolument les laver avant de toucher les aliments de l'enfant, pour ne pas les contaminer.

 



pique nique table.jpg



Il n'est pas utile de d'isoler l'élève bénéficiant d'un PAI en le faisant manger avec le groupe d'adultes, mais il vaut mieux être à proximité de lui et l'installer avec des enfants qui connaissent ses allergies et les précautions à prendre (on ne joue pas avec la nourriture, on ne se sert pas dans l'assiette du voisin, etc...) et qui savent rester calmes pendant le repas.



enfant triste.jpg



Si on est installé à une table, il est judicieux de le placer en bout de table, afin qu'il ne soit à proximité que d'un élève, plutôt que de deux. Cela lui permettra de ne pas être seul, mais de limiter les risques d'accidents (confusion de bouteilles d'eau, de couverts...). Il est d'ailleurs plus prudent, si ses parents ne l'ont pas fait, de marquer la bouteille d'eau de l'élève allergique pour que lui ou ses copains ne se trompent pas.


bonbons mains.jpg


Il ne faut bien sûr pas lui donner de friandises en fin de repas, dont les parents n'ont pas vérifié la composition auparavant. Si des confiseries autorisées (on peut demander aux parents d'établir une liste de celles qui ne présentent pas de danger ou d'en faire passer pour leur enfant) circulent parmi les enfants en fin de pique-nique, celui qui est allergique doit se servir en premier, pour éviter que les autres ne déposent sur les bonbons qui sont dans le paquet les traces d'allergènes qu'ils ont sur les doigts. Certaines confiseries contiennent en effet de l'arachide, des fruits à coque, du lait, du gluten... 



enfant qui se lave les mains.jpg


Dès que le repas est terminé, il faut que tous les enfants et adultes se lavent les mains (et le pourtour de la bouche pour les enfants). Si cela n'est pas possible (absence de toilettes), il faut distribuer une ou deux lingettes à chacun et veiller à ce qu'ils le fassent sérieusement (ces lingettes peuvent être fournies par les parents de l'enfant allergique).

Ces recommandations sont nombreuses, mais avec le temps, elles deviendront habituelles et peut-être, au fil des années, des réflexes pour les enseignants, comme c'est le cas pour les parents. Nous ne pouvons rien faire pour éradiquer complètement et rapidement les allergies, mais nous pouvons nous y adapter, en sécurité, et sans faire de discrimination.

 



02/04/2019
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 362 autres membres