Les Recettes d'Hugo

Les Recettes d'Hugo

Ma revanche sur la malédiction de la bûche de Noël 2016 (et une recette trop bien !!!)

Cette année, dès fin novembre, j'ai été assaillie par les microbes, qui ne m'ont plus lâchée... au point que j'ai failli atterrir à l'hôpital le 24 décembre !!! En pleurs

Dans ces conditions, il m'a été difficile de réfléchir à la création d'une recette de dessert de Noël, comme j'aime tant le faire d'habitude...



what to do.jpg


J'aime aussi me balader dans les magasins, dont le Biocoop, à la recherche d'ingrédients de qualité et de décorations originales, mais cette année cela n'a pas été possible.

Depuis le temps que je voulais m'offrir un moule à bûche pour obtenir un résultat digne d'une professionnelle, je suis tombée sur l'objet tant convoité sur un site belge... dont je tairais le nom, vous saurez pourquoi un peu plus tard...

C'était un kit, avec moule à bûche en inox à embouts démontables, un moule à insert en silicone (donc réutilisable) et une semelle dorée (carton de présentation où l'on pose la bûche).
Pour être sûre de faire mon effet, j'ai commandé en même temps un joli emballage en carton (nous étions invités chez mes parents cette année, et il était prévu depuis longtemps que je m'occupais du dessert).
Ca c'était le 15 décembre...

Le 19, je reçois un coup de fil de la société belge : "Nous sommes en rupture de stock, nous sommes désolés... mais il y a peut-être des magasins vers chez vous qui en ont ?"
La déception ressentie de prime abord a fait place à la colère (colère inhibée toutefois, car même plus de forces pour m'énerver !!!) : pourquoi avoir attendu 4 jours pour me prévenir ? Dans mon état, je ne me voyais pas courir les magasins pour un moule à bûche... et commander sur internet le 19 pour une livraison le 24 me semblait risqué...


deception.jpg


J'étais donc condamnée à utiliser mon bon vieux moule à cake...


Je me suis fais une raison et j'ai passé en revue des recettes que j'avais repérées sur différents sites (un site vegan, et un autre dont je vous parlerai ensuite) afin de me décider. C'est la première année que je fais cela et que la recette ne sort pas de ma tête...
Mon choix s'est porté sur une bûche "crue" et mousseuse à base d'ananas et de noix de coco. J'ai décidé d'y ajouter un insert à la framboise (framboises bio et congelées) en guise de touche personnelle, et du citron vert dans la croûte en noix de coco.
Je n'ai fait aucun essai préalable, contrairement à mon habitude, car je ne tenais pas debout... et pourtant cela aurait été salvateur pour la bûche.

Au dernier moment je me suis trainée jusqu'à la grande surface la plus proche de la maison, où par chance, j'ai trouvé un moule à bûche en inox... et un moule à insert en plastique (à durée de vie très limitée).


kit bûche Daudignac.jpg


Le 24 au matin, je me suis lancée dans la préparation de la bûche tant attendue. Au fur et à mesure que j'avançais, la recette me laissais dubitative, car la méthode utilisée avec l'agar-agar m'était inhabituelle...
Mais je l'ai tout de même suivie scrupuleusement...

Avant de partir de la maison, j'ai voulu la démouler, et la décorer... il était 18H. La tâche s'est avérée plus difficile que prévue. Je me suis dit qu'il était peut-être trop tôt que de la laisser dans le moule au frais quelques heures de plus, ne lui ferait pas de mal.
Nous sommes donc partis chez mes parents avec notre moule sous le bras... niveau présentation on a fait mieux !!! Bref !

Il était pratiquement minuit lorsque le moment de vérité est arrivé : j'ai essayé de démouler la bûche et j'ai obtenu une espèce de bouillie informe... j'en aurai pleuré !
Je ne l'ai pas prise en photo, ce n'était pas utile de remuer le couteau dans la plaie !
Pour me consoler, je peux dire que le goût, lui, était bien présent... ma famille me l'a confirmé (était-ce pour me faire plaisir ?).

En tous cas, je me suis vite fait une raison, surtout en repensant aux propos du médecin vu le matin même, qui avait évoqué une éventuelle hospitalisation : je préférais passer le réveillon de Noël avec ma famille, même en finissant un repas festif "sans", avec une bûche pourrie, plutôt qu'à l'hôpital !!!

Vous l'aurez compris, cette année entre les microbes, la difficulté à obtenir le bon moule et le raté de la recette, je me considère comme frappée d'une malédiction de la bûche de Noël ! Manifestement, pour en avoir discuté avec d'autres amies , je semble ne pas avoir été la seule. La malédiction a donc frappé en plusieurs endroits !!! Hi hi hi hi !!!

Je voulais cependant pas rester vaincue, et malgré l'omniprésence des microbes depuis un mois, j'ai décidé de faire une autre bûche, avec une autre recette pour le réveillon du jour de l'an. A cause de ces foutus microbes, nous étions coincés à la maison, alors autant se faire plaisir avec un bon petit repas !

 

Cette fois, j'ai jeté mon dévolu sur une recette issue du blog de Lyne, une jeune bloggeuse belge :  Epices et moi (cliquez pour accéder au site).


Cette recette, de par son déroulement me semblait tout à fait réalisable et puis elle m'a mis l'eau à la bouche.

Il s'agit de la bûche entremets poire-pains d'épices et crème de marronscliquez ici pour accéder à la recette
Cette recette contient de la farine de blé (remplaçable par de la farine de riz, additionnée d'un peu de fécule et d'une cuillère à café de psyllium selon moi), du lait d'amande (remplaçable par du lait de soja ou de la crème coco fluide je pense) et du tofu soyeux (soja).

Ma version comporte quelques petites modifications :

  • J'avais des châtaignes bio cuites, à la différence de Lyne, qui les fait cuire elle-même pour obtenir sa crème de marrons. Il m'en manquait 50 g, que j'ai compensé par 50 g de farine de châtaigne, que j'ai fait cuire une quinzaine de minutes avec les 15 cl de liquide (ce sont les 15 cl sensés rester après la cuisson des châtaignes dont parle Lyne dans la recette).
  • Je n'ai pas de mélange d'épices à pain d'épices. J'ai donc mis dans mon gâteau une cuillère à soupe de graines d'anis vert, une cuillère à soupe de cannelle et une cuillère à café de gingembre (même chose pour la mousse bavaroise).
  • Traumatisée par mon expérience précédente, j'ai décidé d'augmenter la quantité d'agar-agar utilisée pour la mousse bavaroise : 8g au lieu des 5g préconisés (et puis aussi parceque les sachets font 4g... et que cela m'embêtait de garder un sachet entamé, qui avait des chances d'atterrir à la poubelle).
  • La crème de marrons obtenue a permis de remplir juste le moule à insert dont je disposais... je n'ai donc pas pu en garder pour le décor.




    DSCN6340.JPG



    Au démoulage la bûche s'est très bien tenue. Seul petit problème : elle s'est fendillée sur le dessus... c'est peut-être à cause de mon excès d'agar-agar... Ou bien des petits cubes de poire que j'ai mis sur le dessus...
    Avec un décor digne de ce nom, j'aurai pu aussi cacher la misère ;-)
    Disons que pour une première ce n'était pas mal du tout !!!


    DSCN6345.JPG



    La malédiction a  encore frappé, car Hugo à déclaré une gastro le 31 au soir et n'a rien mangé, pas même la bûche !

    Nous en avions donc encore plusieurs parts pour le lendemain.

    Mes parents, venus nous souhaiter la bonne année, l'ont goûtée et l'ont trouvée très bonne !

    Et vous ? Avez-vous été frappé(e) par la malédiction de la bûche cette année ?






 



05/01/2017
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 277 autres membres