Les Recettes d'Hugo

Les Recettes d'Hugo

Comment reconnaître les signes d'une réaction sévère ? Quels gestes effectuer dans l'urgence ?

Les allergies, d'autant plus lorsqu'elles sont sévères nécessitent une vigilance permanente mais aussi une organisation précise en cas de réaction grave.

En milieu scolaire, comme ailleurs, le personnel n'est pas formé à cette situation et doit s'appuyer sur le PAI (Plan d'Accueil Individualisé).
Même si le PAI pose un cadre indispensable, il n'est, selon moi et d'autres parents d'enfants allergiques, pas suffisant pour assurer une vraie maîtrise du sujet et inculquer les bons gestes en cas d'urgence.

Dans les écoles maternelles et primaires, les parents, en partenariat avec un médecin scolaire ont possibilité d'expliquer le contenu du PAI au cours d'une réunion (si possible peu de temps après la rentrée). Ils peuvent également, si le besoin s'en fait ressentir, transmettre ponctuellement des informations à l'équipe pédagogique (à condition que les personnes visées soient ouvertes à la discussion).

 

 

collégiens.jpg

 


Dans les collèges, cette tâche se complique car le nombre d'interlocuteurs est multiplié, et la communication parfois moins aisée que dans les écoles où le contact est souvent plus direct.
Les infirmières, quant à elles, même si elles sont très compréhensives et compétentes ne sont pas forcément présentes tous les jours de la semaine pour prendre en charge les élèves qui font des réactions allergiques... les personnes qui prennent le relais ne sont pas toujours assez formées pour savoir quels gestes effectuer.

Les professeurs ne sont pas systématiquement présents lors de la réunion de PAI et les surveillants non plus... quand bien même, il est difficile d'assimiler certaines notions en une fois... d'autant plus au mois de septembre, quand on croule sous une quantité énorme d'informations diverses. Même si l'infirmière de l'établissement prend le temps d'expliquer dans le détail le contenu du PAI ultérieurement, une seule "séance" ne suffit pas. Il convient en effet de faire des rappels en cours d'année, pour que les personnes puissent assimiler correctement les informations et s'entraîner à faire les bons gestes.

Le plus important est de pouvoir reconnaître les différents symptômes observés, de pouvoir évaluer leur degré de sévérité, afin de déterminer le traitement correspondant et d'être capable de l'administrer correctement.

J'ai ainsi pensé qu'en tant que personne responsable d'un enfant allergique dans le cadre scolaire (ou péri-scolaire) il vous serait utile d'avoir quelques informations de base. Je vous conseille de les consulter régulièrement pour acquérir de bons réflexes.
Si certain(e)s d'entre vous peuvent avoir accès à des stylos auto-injecteurs d'entrainement, je vous suggère de répéter les gestes adéquats de manipulation régulièrement pour être prêt(e) le jour J.

Voici donc un tableau pour vous aider à mieux identifier les symptômes et le degré de sévérité des réactions allergiques, et procéder aux gestes et traitements adaptés :

tableau-r--actions-et-traitements-blog.pdf

En cas de réaction grave (oedème de Quincke, choc anaphylactique), vous serez amené(e) à administrer de l'adrénaline via un stylo-auto-injecteur (Epipen, Anapen ou Jext).

Sachez qu'il ne s'agit en aucun cas d'un geste médical, mais d'un geste de premier secours que vous êtes tenus d'effectuer, pour sauver la vie de l'enfant allergique en état d'anaphylaxie (sans quoi il s'agit de non assistance à personne en danger...).

Cette injection peut faire peur (quand la faire ? Comment ? Vais-je y arriver ? Est-ce que ça va lui faire mal ?...) mais vous devez savoir que vous ne risquez rien à faire cette injection, au contraire :

Si vous la faites, alors que les symptômes observés ne le nécessitaient finalement pas, l'enfant ne risque rien, à part une accélération de son rythme cardiaque (étant donné qu'il sera pris ensuite en charge par des services d'urgence puis un hôpital, cela n'a rien d'inquiétant).
Vous risquez beaucoup plus en ne la faisant pas... car un choc anaphylactique est fatal s'il n'est pas correctement et rapidement traité : chaque minute compte !!! Vous devez donc reconnaître rapidement les symptômes nécessitant cette injection, et en cas de doute, la faire quand même.

L'aiguille, lorsqu'elle est introduite dans la peau, peut faire mal certes... mais cette douleur est secondaire par rapport au risque encouru de décès !

Enfin, l'utilisation d'un stylo auto-injecteur est très simple, en respectant la marche à suivre.

Il vous faut cependant vous souvenir de 3 points essentiels :

  • Tout d'abord, il est primordial de procéder à l'injection en premier lieu et d'appeler le SAMU ensuite (ou bien, idéalement, une personne appelle les secours, pendant qu'une autre procède à l'injection et note l'heure). Les parents ou responsables légaux doivent être joints en dernier lieu.


  • Il faut appeler le SAMU et non les pompiers, car ces derniers ne sont ni équipés ni formés pour prendre en charge les urgences allergiques.

   

  • Lors de l'injection, il est indispensable de bien maintenir la pression du stylo sur la cuisse pendant au moins 10 secondes après le déclenchement de l'aiguille, car c'est le temps nécessaire à l'adrénaline pour se diffuser correctement (si vous retirez le stylo trop vite, l'adrénaline ne sera pas injectée... et l'aiguille recouverte automatiquement d'un cache, ce qui ne permettra pas de procéder à une nouvelle injection avec le même stylo !!!).



    Notez qu'il faut veiller à ne pas se piquer les doigts en manipulant le stylo auto-injecteur d'adrénaline car il est à usage unique... et n'est donc plus utilisable pour le malade. Par ailleurs ce genre d'incident peut détourner l'attention requise lors d'une urgence vitale...
    Pour vous prémunir d'une piqûre accidentelle, je vous conseille de le tenir par le corps et de repérer les extrémités.
    Sur l'Epipen, ne posez pas vos doigts sur la partie orange :


    epipen.jpg


    Sur l'Anapen, les deux extrémités sont noires, ne posez pas vos doigts sur la plus épaisse (qui est d'ailleurs creuse car c'est un cache-aiguille).

    anapen.jpg



    Sur le Jext, ne touchez pas à l'extrémité noire.

    jext.jpg

    En cas de piqûre accidentelle dans les doigts ou la paume de la main vous devez vous rendre aux urgences pour être traité(e). Cet accident n'a pas de graves conséquences s'il est traité correctement.

 

 





Retrouvez des vidéos décrivant l'utilisation des différents stylos auto-injecteurs d'adrénaline :

Pour Epipen :

http://www.epipen.fr/mode-emploi-epipen/

Pour Jext :

http://www.alk-abello.com/FR/pages/videos/player.swf?url=/fr/public_produit/produitsalk/documents/jext/Comment_utiliser_Jext.mp4&volume=100

Pour Anapen :


https://vimeo.com/34038671


Voici les notices détaillées des stylos auto-injecteurs :

Notice d'utilisation de l'Epipen

Notice détaillée du stylo auto-injecteur d'adrénaline JEXT

Notice d'utilisation de l'ANAPEN (stylo auto-injecteur).

 

Si l'infirmière de votre établissement possède un stylo auto-injecteur de démonstration (ou bien les parents de l'enfant en question), je vous conseille de vous entrainer régulièrement à faire l'injection.

 



22/01/2017
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 279 autres membres