Les Recettes d'Hugo

Les Recettes d'Hugo

L'accueil d'un enfant allergique, manuel de l'enseignant et de l'équipe éducative

Accueillir un enfant allergique dans une école n'est pas une histoire à prendre à la légère, mais avec une bonne communication entre vous et les parents, avec de l'empathie et beaucoup de conscience professionnelle cela devrait bien se passer !

 

Voici un document élaboré par l'AFPRAL (Association Française pour la Prévention des Allergies), reprenant les points essentiels de la conduite à adopter :

 

manuel de l'enseignant.pdf




Il ne faut jamais oublier qu'un enfant allergique ne "fait pas de cinéma".

Admettons même qu'il profite éventuellement un peu de la situation (ce qui est plutôt rare, car ce sont des enfants qui ont envie de faire les mêmes choses que les autres en général), c'est une bien maigre compensation à côté des désagréments vécus au quotidien.

Un enfant allergique peut parfois mal vivre sa "différence" non visible, d'autant plus lorsqu'il fait l'objet de remarques désobligeantes de la part de ses camarades de classe ou pire, de ses enseignants...il ne va donc pas se faire remarquer de façon injustifiée. Il préférera au contraire se fondre dans la masse à chaque fois que cela est possible.

Tout cela pour expliquer finalement, que même dans le doute, il ne faut jamais négliger le moindre symptôme décrit par l'enfant : la bouche qui gratte, la sensation de mal-être et bien d'autres petits signes perçus comme insignifiants peuvent annoncer une réaction à venir plus grave, qu'il faut surveiller sans s'affoler, et face à laquelle il faudra agir, en effectuant les bons gestes !

La plupart des parents redoutent de ne pas arriver à reconnaître un choc anaphylactique...ou du moins pas assez tôt. Ces parents sont pourtant souvent bien informés et personne ne connaît mieux qu'eux leur enfant.

Le PAI et la réunion qui l'accompagne ne suffisent donc pas à acquérir les bons automatismes !

L'écoute de l'enfant, une bonne communication avec ses parents et le respect des mesures de précaution et d'urgence sont donc les seuls outils dont disposent les enseignants pour assurer la sécurité de leurs élèves sévèrement allergiques.




Voici donc un rappel des règles à respecter :

  • La trousse d'urgence doit suivre l'enfant partout, dès qu'il quitte la salle de classe, même s'il se trouve à proximité de celle-ci : cantine, terrain de sport/salle de sport attenant(e) à l'école, sorties scolaires culturelles et/ou sportives avec trajet effectué à pied ou en car, bibliothèque municipale... lors des récréations elle doit être facilement accessible (la pièce où elle est entreposée ne doit pas être fermée à clé).

    Cette trousse doit être facilement accessible par une personne adulte, mais pas pour les enfants (il vaut donc mieux la placer en hauteur).

    Dans un collège ou un lycée, dont la surface est plus grande que dans une école, cette trousse d'urgence peut être fournie en plusieurs exemplaires par les parents, afin de limiter toute perte de temps en cas d'urgence.
    On peut ainsi laisser une trousse à l'infirmerie et/ou au secrétariat de l'établissement, mais aussi au bureau de vie scolaire, à la cantine, au gymnase. L'idéal étant que quel que soit l'endroit où se trouve l'élève au moment d'une réaction sévère, la trousse (et surtout le stylo auto-injecteur d'adrénaline) soit accessible rapidement.

  • Il convient d'afficher le Protocole d'urgence près du bureau de l'enseignant, pour que lui même et ses éventuels remplaçants puissent voir les bonnes consignes rapidement.
    Dans un collège ou un lycée, ce protocole peut être photocopié pour chaque enseignant, chaque surveillant, et pour chaque trousse d'urgence répartie dans l'établissement.


  • Lors de déplacements et particulièrement de repas pris à l'extérieur, il convient d'expliquer à tous les enfants de la classe d'éviter de gesticuler avec leurs aliments à la main (lait à boire par exemple). Ils doivent impérativement tous se laver les mains après le repas, vous y compris.

    Parfois, selon l'endroit où l'on se trouve, il n'y a pas de sanitaires pour procéder à cette mesure de sécurité. Les parents de l'enfant pourront peut-être fournir un paquet de lingettes dans la trousse d'urgence de l'enfant , pour laver les mains de tous ses copains de classe.

  • Lors des repas pris à l'extérieur, si vous devez aider les enfants à ouvrir des sachets de chips, des sachets de sandwiches, ou tout autre emballage alimentaire, il convient de vous laver les mains avant d'aider un enfant allergique (le plus sûr et le plus pratique étant de commencer par lui).

  • Dans le cadre d'anniversaires fêtés en classe, selon la solution que vous adopterez (anniversaires du mois regroupés sur une date, anniversaires fêtés individuellement, apport de pâtisseries et confiseries par les enfants ou uniquement confiseries...), il convient d'en avertir les parents de l'enfant allergique et de convenir avec eux d'une solution sécuritaire pour lui : les parents seront prévenus à l'avance des dates et feront passer un gâteau et/ou des bonbons "sans" à chaque fois. Les parents ne seront pas prévenus mais ils fourniront un "stock" de confiseries et/ou gâteaux spécifiques pliés pour les jours de fête...

    Il convient en tous cas de ne jamais laisser l'enfant prendre et consommer des aliments apportés par les autres enfants, même des confiseries, car elles peuvent contenir du lait, de l'arachide ou d'autres allergènes dangereux pour lui, même en infime quantité (même des traces peuvent entraîner une réaction !).

    Si vous devez découper un gâteau en parts, il ne faudra pas découper celui de l'enfant allergique avec le même couteau. Le mieux étant de le servir en premier...

    Ses confiseries ne devront pas être partagées avec les autres enfants, qui en se servant risquent de les contaminer avec les traces d'allergènes présentes sur leurs doigts.

    Le bureau que l'enfant partage avec un camarade non allergique devra être soigneusement nettoyé dès que le goûter sera terminé, et tous les enfants devront se laver les mains.

    Attention également aux confusions entre les gobelets des enfants !

  • N'oubliez pas que même si votre métier vous permet de bien connaître les enfants, il ne vous permet pas de juger de leur état de santé.

    L'allergie est une pathologie qui ne se voit pas de premier abord...mais cela ne veut pas dire qu'elle n'existe pas et qu'elle n'est pas dangereuse.

    Un enfant allergique se plaint rarement pour rien...et ses parents ne sont pas paranoïaques, même si leur vigilance permanente peut le laisser penser.


  • Un enfant allergique requiert de l'attention et de la vigilance, mais il doit être traité comme les autres.

    Ainsi il doit observer les règles de politesse et de discipline comme tout le monde et peut être sanctionné s'il ne s'y soumet pas.

    Il est par contre plus correct de ne pas lui faire de remarques blessantes sur son état de santé et les contraintes qui y sont liées.

    Merci de ne pas mettre en doute sa parole, surtout devant ses camarades de classe : "tu n'es pas comme les autres, ce n'est pas eux de s'adapter à toi, mais à toi de t'adapter à eux" ou bien "tu n'as pas l'air bien malade !", ou bien "arrête de toujours te plaindre, tu es trop grand !", "tu en rajoutes là !"...


    Malheureusement, beaucoup trop d'élèves allergiques sont les souffre douleurs de leurs enseignants et sentent qu'ils dérangent.

    La bonne intégration de ces élèves et leur attirance pour l'école dépendent beaucoup de vous.

    Attention également aux comportement de certains élèves, qui peuvent avoir des comportements d'intimidation lors des récréations (ils peuvent soumettre l'enfant allergique à des tests avec leur goûter pour voir s'il dit la vérité sur ses allergies ou non).

    D'autres peuvent aussi se moquer, ou bien ignorer l'enfant, qui se retrouvera alors dans une situation d'isolement difficile à supporter. Si vous observez ce genre de comportements, une mise au point de votre part sera alors nécessaire.


  • En cas de réaction sévère, il ne faut pas hésiter à procéder à l'injection d'adrénaline. Cette injection, si elle est faite à temps peut sauver une vie.
    Les médecins allergologues, les urgentistes et l'AFPRAL vous affirmeront qu'il vaut mieux la faire trop tôt que trop tard...

    Ce geste peut vous impressionner ou vous faire peur, mais il est essentiel.

    Il n'y a aucun risque à administrer de l'adrénaline à une personne allergique. Par contre, ne pas le faire est dangereux !

    Dans le doute, mieux vaut procéder à l'injection, qui n'aura pas d'effets secondaires graves, plutôt que d'attendre que l'élève soit dans un état critique pour se décider.

    En cas de choc anaphylactique, chaque minute compte.

    Ce geste n'est pas un geste médical, mais un geste de premier secours, il ne nécessite donc aucune connaissance médicale particulière. Il faut juste se conformer aux instructions du PAI et suivre la notice d'utilisation accompagnant le stylo auto-injecteur.

    L'écoute attentive de l'enfant et de ses symptômes est primordiale : il est très important de savoir reconnaître les signes d'une réaction grave.


  • En cas de réaction sévère, procédez à l'injection, pendant qu'une autre personne appelle le SAMU. Si vous êtes seul(e), procédez à l'injection et appelez le SAMU (15) ensuite. N'appelez pas les pompiers qui ne sont ni formés ni équipés pour ce genre d'interventions.

  • Enfin, dites-vous que les contraintes imposées par le PAI ne sont pas négligeables certes, mais qu'elles n'ont pas été souhaitées par l'enfant allergique et ses parents...et qu'elles ne représentent qu'une partie des contraintes réellement vécues par cette famille au quotidien.

    Les allergies modifient la vie de ceux qui les subissent et de leur entourage.
    Ce sont des modifications dont ils se passeraient bien et qui dans beaucoup de situations sont synonymes de jugement et d'exclusion...

    Qu'ont-ils fait de si terrible pour qu'on les juge, que l'on se moque ou qu'on les exclue ? Les soucis de santé d'une personne ne diminuent en rien sa valeur.

    Un enfant allergique, comme d'autres enfants souffrant de diverses pathologies porte un lourd poids sur ses épaules, qu'il convient de ne pas alourdir d'avantage, par des comportements ou des paroles inappropriés.


    Enfin, toutes ces recommandations paraissent nombreuses et difficiles à observer...mais certaines habitudes sont vite prises ;-) surtout avec des professionnels de l'enseignement, qui aiment profondément leur métier et les enfants !

    Les parents ont conscience que leur enfant n'est pas seul en classe, et que d'autres enfants nécessitent une attention particulière. Ils se doutent bien par conséquent que les enseignants sont beaucoup sollicités.
    Leur priorité est d'offrir à leur enfant une vie "normale", en toute sécurité.



    Merci pour votre attention et merci pour nos enfants !


09/12/2014
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 280 autres membres