Les Recettes d'Hugo

Les Recettes d'Hugo

Hugo en classe neige

Cela fait déjà un moment que le papa d'Hugo et moi redoutons le fameux voyage de l'école...oui, celui qui dure plusieurs jours !

 

Jusqu'à la fin de l'année 2013 nous nous disions que cela ne servait à rien de stresser à l'avance pour des évènements que nous aurions bien le temps de voir arriver... et que le plus tard serait le mieux !

 

Quand fin novembre, nous avons été convoqués à une réunion pour une classe neige dans le département de l'Ain, la première de cette envergure jamais organisée à l'école, notre appréhension s'est renforcée !

 

 

classe neige.jpg

 

Nous qui maîtrisons habituellement chacun des repas, chacune des escapades d'Hugo, que ce soit au niveau de ses allergies alimentaires ou de sa fragilité bronchique et ORL, nous allions devoir nous adapter à une nouvelle situation...nouvelle, donc risquée !

 

Nous allions devoir une fois de plus communiquer avec des personnes inconnues, probablement inaccoutumées aux allergies alimentaires, sans savoir comment elles allaient réagir. Nous allions peut-être avoir à insister, à nous débattre pour nous faire comprendre, pour être pris au sérieux...cela étant usant au fil des années, il nous arrive d'être pessimistes à l'avance !

 

Alors que les autres parents se réjouissaient de cette nouvelle et posaient beaucoup de questions sur les activités prévues, sur le lieu du séjour, sa durée, le tarif, nos préoccupations étaient autres...et moins réjouissantes.

La priorité pour nous étant la santé et la sécurité d'Hugo, nous en oublions souvent la notion de plaisir...car même si nous mettons tout en œuvre pour qu'il soit heureux et épanoui, cela passe après le vital. Nous sommes bien conscients d'avoir un comportement un peu "rabat-joie" au début de chaque situation nouvelle, alors que d'autres sont enthousiastes et optimistes...mais notre vie est ainsi faite et ce n'est qu'une fois qu'un cadre solide est installé que nous pouvons nous laisser aller (tout en restant vigilant, comme c'est le lot de tous les parents d'enfants allergiques ou souffrant d'autres pathologies).

 

Par contre, nous ne nous sommes pas posé la question du départ ou non d'Hugo, car il est clair pour nous qu'il doit avoir accès aux mêmes activités que les autres, aux mêmes expériences, à son rythme bien sûr, étant donné sa fragilité bronchique et ORL, et en toute sécurité. Cela dit nous n'étions pas sûrs que l'école allait accepter les contraintes que nous allions lui imposer...

 

Valise.gif

 

L'enseignant à l'origine de ce projet n'est pas celui qui suit Hugo, et nous le connaissions peu pour savoir comment il allait gérer notre cas.

La maîtresse d'Hugo, Nathalie, est très compréhensive, très juste et elle est digne de confiance en ce qui concerne les allergies. Elle a su mettre Hugo à l'aise en ne faisant aucune remarque gênante en classe, bref c'est une maîtresse exceptionnelle...mais elle ne partait pas pour le voyage de classe...ce qui nous l'avouons nous a contrariés au départ. La classe neige concernait en effet les classes de CE2, CM1 et CM2. La classe d'Hugo est composée de CE1 et de CE2...et il fallait bien que quelqu'un reste pour s'occuper des CE1 !

 

L'enseignant à l'origine du projet, Eric, gère une classe de CE2/CM1, et il était prévu que ce soit l'enseignante de la classe de CM2, Sarah qui parte conjointement avec lui.

 

Nous avons demandé à rencontrer Eric pour lui exposer notre cas, nos contraintes...et nos exigences...

Eric était au courant qu'Hugo faisait l'objet d'un PAI, mais n'ayant jamais eu Hugo en classe et n'ayant jamais vécu avec un allergique, il ne pouvait pas se rendre compte de la multitude de précautions à prendre.

 

Nous lui avons donc exposé dans le détail ce qu'étaient les allergies et leurs répercussions sur notre vie quotidienne. Nous lui avons également annoncé que nous souhaitions qu'Hugo puisse partir comme tout le monde. Eric nous a alors répondu qu'il ne voyait pas les choses autrement et que s'il fallait procéder à certains aménagements il ferait le maximum. Ce fût un premier soulagement.

 

 

Nous lui avons ensuite expliqué que la présence de l'un de nous deux était indispensable, que Hugo monterait dans le car, mais pas nous. Nous préférions en effet nous rendre sur le lieu de séjour avec notre véhicule, au cas où Hugo ferait une allergie respiratoire ou qu'il tombe malade, pour que nous puissions le ramener à la maison et le soigner.

 

 

Des parents volontaires pour accompagner la classe neige ont été tirés au sort. Il en fallait 5. Eric s'est renseigné auprès du responsable du chalet pour savoir s'il y avait une possibilité d'emmener une personne de plus, car il ne nous comptait pas en tant que parent accompagnant, étant donné que nous n'étions pas sûrs de pouvoir rester toute la durée du séjour.

 

Il n'y a eu aucun souci, la présence de l'un de nous deux a été acceptée...et Eric a très bien compris que nous souhaitions nous rendre sur place avec notre véhicule.

 

Il nous a transmis les coordonnées du responsable du chalet où aurait lieu le séjour, à qui il avait déjà signalé la présence d'un enfant faisant l'objet d'un PAI.

 

J'ai appelé ce monsieur, qui, je l'avoue au premier abord m'a un peu agacée...car étant très dynamique, et connaissant probablement bien son métier mais peu les allergies, il ne m'a pas laissé beaucoup de temps pour m'expliquer (peut-être parcequ'il était pressé à cause de ses obligations professionnelles, mais à ce moment-là je n'en n'ai pas tenu compte, je l'avoue). Il avait l'air sûr de lui, trop à mon goût et cela ne m'a pas rassurée. J'ai remarqué que souvent, les personnes qui me disent "oui, oui, j'ai l'habitude", "oui, oui, je sais, je connais", sont souvent celles qui croient savoir, mais ne savent pas grand chose en fin de compte...

 

L'allergie alimentaire est quelquechose dont les conséquences peuvent être tellement graves, qu'en général, les personnes qui les connaissent et sont habituées à les gérer ne sont pas aussi sûres d'elles et stressent malgré tout ! Chaque allergique étant différent, il faut aussi s'adapter à chaque fois, même si on a l'habitude. 

 

 

peur.gif

 

 

Il m'a quand même confirmé qu'il n'y avait pas de couvertures en laine dans les chambres, qu'il n'y avait pas de chats ou d'autres animaux autorisés à circuler à l'intérieur du chalet, et que par contre je n'avais pas le droit de mettre les pieds dans la cuisine pour préparer des plats ou contrôler la mise en œuvre de ceux-ci par la cuisinière...et là j'ai paniqué : comment faire confiance à quelqu'un qui ne connaît pas vraiment nos problèmes et n'y est peut-être pas habitué, pour confectionner des repas à Hugo, en même temps que ceux de 70 autres élèves et adultes ? Comment éviter les accidents, les traces d'allergènes en cuisine, les contaminations accidentelles ? La cuisinière acceptera-t-elle qu'on lui fournisse des plats tout prêts sécuritaires ou de cuisiner des plats spécifiques ? Va-t-elle prendre au sérieux nos requêtes ? Toutes ces questions se bousculaient dans ma tête.

 

Ce monsieur m'a demandé de lui envoyer la liste des allergènes incriminés et quelques explications, en me disant qu'il allait m'envoyer un menu type par mail... ce que j'ai fait :

 

courrier-classe-neige.pdf

 

Ensuite j'ai attendu, attendu, attendu plusieurs semaines, et la réponse tardant à venir, je me suis impatientée et nous avons stressé.

La date du départ approchait à grands pas et avant elle les vacances de février, pendant lesquelles je n'allais plus avoir de contact avec l'école (Eric voulait être au courant des mesures adoptées). Avec les allergies, il n'y a pas de place pour l'improvisation !

 

Cyril, le responsable du chalet a été très occupé tout ce temps-là avec une colonie qu'il recevait et il a eu des soucis de connexion internet, c'est pourquoi il était injoignable, que ce soit par téléphone ou mail.

 

Un matin j'ai eu la bonne surprise en consultant ma boite mail de découvrir un message de sa part avec un menu spécialement pensé pour Hugo et le numéro de portable de la cuisinière, Katia. Après lecture du menu, j'ai relevé quelques aménagements à lui apporter, mais un effort considérable a été fait pour pouvoir se mettre à notre portée et j'ai apprécié.

Je reconnais avoir émis un jugement négatif quant à l'implication de Cyril...qui a bien transmis le message à son équipe.

 

 ustensiles cuisine.png

 

 

C'est cependant en appelant Katia que j'ai été soulagée d'un poids.

Cette personne, très sympathique m'a en effet consacré un temps considérable, alors qu'elle devait préparer le repas pour plus de 80 enfants ce matin-là et que son temps était compté !

 

Elle m'a avoué dans un premier temps que c'était la première fois qu'elle devait gérer un cas comme celui d'Hugo, car jusqu'à maintenant elle avait plutôt été confrontée à des intolérances alimentaires. Elle avait déjà cuisiné pour un enfant allergique, mais au lait de chèvre seulement, pas pour un enfant poly-allergique comme Hugo. Son inquiétude était donc forte !

Nous avons repris ensemble point par point le menu. Elle m'a lu au téléphone la composition de chaque ingrédient utilisé pour chacun des plats proposés. Nous avons convenu de ceux que je fournirai.

 

Nous avons ainsi apporté tout le nécessaire pour les petits déjeuners (lait de riz enrichi en calcium, cracottes, céréales, dattes, compotes...), mais aussi toute une liste d'aliments "sans" auxquels nous sommes habitués : margarine sans lactose, lardons sans lactose, chapelure, purée déshydratée sans traces de lait, yaourts et desserts de soja, lait de soja enrichi en calcium, petits gâteaux, bâtonnets de glaces à l'eau à congeler, Tartimi (tofu lacto-fermenté aux herbes, ressemblant à du fromage frais), salade grecque au tofu préparée par mes soins, soupes de légumes en briques...

 

Katia m'a expliqué qu'elle cuisinait à l'huile d'olive ou de tournesol, ce qui ma bien arrangée !

 

 

liste.jpg

 

 

Elle m' assuré que, une fois sur place, nous vérifierions toutes les deux chaque matin le contenu des repas de midi et du soir pour plus de sécurité.

 

Pour le premier repas (préparé avant que nous arrivions) elle avait prévu du chou-fleur gratiné pour tous. Elle a donc prévu d'en préparer un plat pour Hugo au lait de soja. Pour les autres enfants, elle m'a dit qu'elle utiliserait de la crème, mais pas de fromage, pour qu'aucune odeur ne puisse provoquer de réaction allergique à Hugo. De la chapelure serait ajoutée pour compenser l'absence de fromage.

 

Pour le dernier repas, une soirée tartiflette/boum étant prévue, nous avons convenu qu'Hugo et moi mangerions dans une autre pièce. La boum se passant dans la salle à manger, elle serait bien aérée après le repas et les tables bien nettoyées, pour qu'Hugo puisse venir s'amuser sans risques avec ses copains après le repas.

 

Nous avons parlé ensuite d'organisation en cuisine et elle m'à même proposé de demander une autorisation spéciale pour que je puisse l'assister en cuisine...ce qui n'était pas possible puisqu'il me fallait aussi accompagner Hugo lors des activités.

 

Enfin elle a très bien compris les risques de contamination au moment de l'élaboration des repas et nous avons mis en place certaines mesures auxquelles elle a pensé rapidement seule, sans que j'ai besoin de lui expliquer longuement :

 

Les aliments frais pour Hugo seraient stockés sur un rayon spécifique dans un réfrigérateur.

 

Son repas serait préparé en premier sur un plan de travail scrupuleusement nettoyé.

 

Chaque couteau, chaque cuillère ou planche à découper utilisés pour la préparation du repas le seraient une seule fois.

 

Les plats seraient cuits au four à vapeur en premier, ou bien avec ceux des autres enfants, mais dans des plats hermétiques.

 

La vaisselle d'Hugo serait lavée seule et en premier dans le lave vaisselle (une assiette, un verre et des couverts étant fournis par nous, pour que le personnel de service et les enfants à la table d'Hugo puissent les différencier).

 

Un micro-ondes serait dédié exclusivement à Hugo pour faire réchauffer ses assiettes (avec sa cloche, fournie par nous-mêmes).

 

Le personnel de service s'engageait à se laver les mains et à enfiler une paire de gants neuve à chaque fois avant de servir Hugo.

  

Ce qui m'a rassuré c'est de voir qu'il n'y avait pas besoin de parlementer pendant des heures pour que Katia me prenne au sérieux. Elle a tout de suite pensé à une multitude de choses avant que je ne lui en parle plus...et elle stressait pratiquement autant que moi. Le stress est pour moi bon signe, car il prouve que la personne a bien cerné les allergies et leurs conséquences en cas d'accident.

 

Bref, cette première expérience avec une personne ouverte, humaine et sérieuse m'encourage pour les prochaines. C'est la première fois que je fais confiance à quelqu'un d'autre que ma mère, ou Ambre, mon amie diététicienne, pour cuisiner pour Hugo, et c'est une excellente première fois ! Merci encore Katia !

 

 

malade.jpg
Ayant des soucis de santé, il m'a fallu renoncer à accompagner Hugo au dernier moment...mais heureusement, mon mari a pu se libérer et il est parti à ma place.

Finalement c'est une bonne chose, car il ne gère pas les situations de la même façon que moi, et c'est bien aussi pour Hugo d'avoir pu être avec son père plus qu'avec moi pour une fois!

Etant à la maison je vois peut être trop Hugo. C'est toujours moi qui le soigne quand il est malade, toujours moi qui stresse, qui gère les rdv médicaux, les allergies et le quotidien qu'elles imposent. Ma vie entière tourne autour d'Hugo, que j'empêche peut-être de respirer parfois.

Mon mari, lorsqu'il est au travail pense à Hugo, bien sûr, mais avec une certaine distance (aussi parcequ'il sait que je suis là), du coup, quand il s'occupe d'Hugo il en prend soin, mais il est moins à cheval que moi sur certaines choses. il arrive mieux à profiter de l'instant présent...et à lâcher prise sur les soucis.

 

 

 

DSCN4440.JPG

 

 

Le séjour s'est très bien passé et Katia, comme l'équipe du chalet : Cyril le responsable, Mumu ou Dada ont été aux petits soins pour Hugo.

Les engagements pris ont été tenus, et avec le sourire...ce qui est remarquable !

Merci encore à toute l'équipe du Chalet du Gueroz, et surtout à Katia !

 

 

DSCN4614.JPG

 

Hugo se souviendra de cette première classe neige, et c'est en grande partie grâce à vous !

 

DSCN4504.JPG
Ce voyage qui nous faisait si peur s'est passé de la meilleure façon qui soit, puisque Hugo est resté les 4 jours sans être malade (grâce aussi à une météo exceptionnelle), en faisant les mêmes activités que les autres enfants, et en mangeant de façon sûre, que demander de plus ?

 

Ah ! Si ! J'oubliais : les copains d'Hugo, en vivant avec lui se sont aperçus de ce qu'étaient les allergies au quotidien (notion plus difficile à assimiler à l'école) et ils ont bien joué le jeu en faisant très attention à ne pas confondre leurs couverts ou leur serviette de table avec ceux d'Hugo par exemple. Ils ont pris beaucoup de précautions et nous les en remercions.

Ils ont aussi réalisé, qu'Hugo était différent d'eux seulement au niveau des repas.

 

Enfin, le fait qu'ils passent ensemble ces 4 jours a créé des liens ou en a renforcé, et c'est un point sacrément positif pour tous ! Les adultes accompagnants ont eux aussi passé un bon séjour, bien que fatiguant ;-) Sylvain, mon mari était ravi !

 

Les activités étaient toutes aussi intéressantes les unes que les autres : ballades en traineau nordique tracté par des chiens, ski de fond, randonnée en raquettes, fabrication d'igloos, luge, initiation au secourisme en montagne...bref, un séjour riche en découvertes !

 

DSCN4501.JPG

 

DSCN4537.JPG

 

DSCN4554.JPG

 

 

Merci à Eric pour cette belle idée. Pour une première, on peut dire que c'était réussi ! Nous avons réalisé que le travail fourni pour la préparation de ce voyage était considérable et qu'il s'était beaucoup investi pour que cela fonctionne !

 


 DSCN4550.JPG

 

 

Retrouvez les coordonnées du Chalet du Gueroz dans ma rubrique les bonnes adresses.

 

 

 

 

 

 



23/03/2014
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 280 autres membres